L'effet placebo puissant.

L'effet placebo puissant.

L'effet placebo puissant

Un article publié aujourd'hui dans la revue médicale The Lancet met en évidence le placebo, à savoir, l'amélioration des symptômes d'un patient malade après avoir ingéré une substance inerte ou effet «médicament factice" est plus puissant qu'on ne le pensait.

Examen de la recherche de la dernière décennie, Damien G Finniss et ses collègues de l'Université de Sydney (Australie) ont conclu qu'il n'y a pas d'effet placebo en simple mais beaucoup. Du point de vue psychologique, une relation médecin-patient appropriée, couplée avec le désir de récupération, peut être suffisante pour produire une amélioration de l'organisme malade. Et du point de vue neurobiologique, Finniss a expliqué que la plupart des recherches suggèrent que l'effet placebo est liée à la production d'opioïdes endogènes, qui à soulager la douleur.

Mais il ne s'y arrête pas. Par exemple, des recherches récentes sur les patients parkinsoniens qui ont reçu des pilules factices a révélé que ses neurones libèrent beaucoup plus de dopamine. Chez les patients atteints de la maladie d'Alzheimer, l'effet placebo à l'extension de l'activité du cortex préfrontal du cerveau, le renforcement de la mémoire. Finniss a examiné d'autres études d'identification des mécanismes de l'effet placebo associé au système immunitaire (lymphocytes, les interleukines, ...) et le système endocrinien (cortisol, l'hormone de croissance).

Le cerveau est prévu

"Quand vous pensez que vous prenez un médicament que vous pensez vous aider, votre cerveau réagit comme si elle était déjà obtenir un soulagement», a déclaré Walter Brown, un psychiatre à l'Université Tufts, qui admet que ce qui reste peu clair est «comment pensée se traduit par un changement réel dans le cerveau ". Et dans d'autres parties du corps.

De toute évidence, l'utilisation de placebos est pas sans controverse. Actuellement utilisé seulement dans les essais cliniques, et franchir le pas de prescrire aux patients en clinique pose un sérieux dilemme éthique, entre autres raisons, parce qu'elle viole le droit du patient à être informé. L'année dernière, la revue Psychosomatic Medicine recueilli une proposition de Salomon faite par des chercheurs du Centre médical de l'Université de Rochester: médicament combiné et le placebo pour lutter contre les maladies chroniques telles que l'asthme, le psoriasis et la sclérose en plaques

13

Commentaires - 0

Sans commentaires

Ajouter un commentaire

smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile
Caractères restants: 3000
captcha